fr / en
Interview d'expert | Directeur e-commerce

Thomas Lebreton, Directeur E-commerce

Nous avons rencontré Thomas Lebreton, Directeur E-Commerce de Maison Close, marque de lingerie haut de gamme. Il nous donne sa vision sur l’évolution du secteur, l’impact de la crise du Covid et les difficultés à recruter dans cet écosystème.
/ 01
Comment passe-t-on d’une carrière d’acheteur dans l’agro-alimentaire à un rôle de directeur E-Commerce ?

Dans mon cas, un peu par hasard. J’avais lancé en 2009 une marque en lien avec ma passion, les sports de combat. Je me suis dit que j’allais commercialiser du matériel de MMA, sport qui n’était pas très développé en France à l’époque, et que je le vendrais sur Internet. J’ai donc créé mon site et ma marque de MMA et d’équipements de sports de combat. J’ai fait en 2009 ce qui se fait aujourd’hui à plus grande échelle, de la vente en ligne. Le serveur était en « carton », le CMS bancal, mais ça a été ma première expérience dans le e-commerce.

 

J’ai ensuite eu une opportunité pour rejoindre la marque Venum, le leader mondial de la vente d’équipements de sports de combat présent dans une cinquantaine de pays. Il s’agissait d’une création du poste et j’ai débuté en tant que Responsable Marketing, puis je suis devenu responsable e-commerce. J’ai travaillé d’abord sur la mise en place des éléments de base comme la création des fiches produits ou l’administration du site, puis, au fur et à mesure, on m’a donné de plus en plus de responsabilités. J’ai été nommé directeur E-Commerce en 2016. J’ai commencé à prendre en charge tous les sites Internet de la marque au niveau mondial. Quand j’ai débuté, les sites Venum faisaient plusieurs centaines de milliers d’euros à l’année, et, quand je suis parti, on était à plusieurs millions d’euros sur le périmètre monde.

 

Après sept ans au sein de la même structure, j’ai été contacté pour rejoindre Maison Close, marque de lingerie haut de gamme, et j’ai décidé d’accepter le challenge.

L’exigence client a énormément augmenté ces dernières années sur le web et représente un sacré défi pour tous les directeurs e-commerce.

Thomas Lebreton

Directeur E-Commerce de Maison Close

/ 02
Comment le E-Commerce a-t-il évolué depuis que vous faites ce métier ?

Aujourd’hui, le plus grand changement et le plus dur à appréhender, c’est l’exigence client et l’exigence web qui ont énormément augmenté. Il faut avoir la capacité à présenter une boutique de haut niveau sur plusieurs sujets, la présentation graphique, le design, la rapidité, l’ergonomie, l’UX, etc.

 

Cela s’est renforcé car Amazon est venu mettre un gros coup de pied dans la fourmilière. Avec Amazon, le client est habitué à recevoir son produit le lendemain et à effectuer ses retours très facilement. Amazon a mis des standards très élevés. Désormais, pour être au niveau de gros sites comme Amazon ou d’autres grosses marques, il faut avoir la capacité d’élever son niveau de jeu et d’investir régulièrement sur le site web.

 

Par ailleurs, l’acquisition payante d’audience n’a fait que s’accroître, c’est le nerf de la guerre, et il faut avoir des budgets assez importants sur ces leviers-là.

 

Il y a également une Importance croissante pour l’offre présentée et la qualité des produits, au fait que l’offre ne soit pas distribuée uniformément sur internet. Il faut garder la capacité à présenter des produits exclusifs sur les différents canaux (site propre, site tiers et marketplace).

/ 03
Enfin, quels challenges êtes-vous amené à rencontrer dans le recrutement d’une équipe E-Commerce ?

Mon premier gros challenge est géographique. Maison Close est basé en région PACA, et c’est vrai qu’il y a une différence de profils entre l’Ile de France et le Sud dans le digital. Il y a très peu de startups à Marseille et à Aix-en-Provence au sein desquelles les jeunes pourraient faire des stages et se former aux enjeux du e-commerce ou de l’acquisition.

 

Le second challenge est lié au e-commerce, au recrutement sur des postes qui n’existaient pas il y’a quelques années. Récemment, j’ai posté une annonce pour un poste de Chargé(e) de marketplaces, j’ai eu très peu de retours pertinents, ce qui peut s’expliquer car ces sujets sont très nouveaux.

 

Un chargé de marketplaces, c’est la personne qui va gérer toute la partie vente en ligne sur les différentes marketplaces. Nous vendons sur La Fnac, sur La Redoute par exemple. Il faut que nos catalogues soient aspirés et dispatchés sur les différentes plateformes. Il faut que les fiches produit soient harmonisées, que tous les produits soient bien en ligne, que les produits soient en stock, et que l’on réponde aux clients. Un responsable marketplace est par exemple un spécialiste d’Amazon qui maîtrisera parfaitement tous ces sujets.

Merci de redimensionner votre écran pour accéder au site